previous 86 / 125 next

Tony Cragg

  • tony_cragg

    © Courtesy galerie Thaddaeus Ropac

Les nouvelles sculptures de l’artiste anglais Tony Cragg interpellent d’emblée par leur forme étrange, évoquant à la fois une origine organique et minérale. On y retrouve cette attention que l’artiste a toujours portée à la forme et aux propriétés physiques de la matière. Cragg a en effet gardé de sa formation scientifique une démarche pragmatique et critique d’analyse des formes. Par un travail basé sur leurs transformations et leurs hybridations, il explore leur identité et leurs possibles.

L’illusionnisme d’une sculpture comme Bad Guys conduirait presque à la décrire comme un profil pivotant autour de son axe central à une vitesse telle que son volume se déforme, à ceci près qu’elle ne tourne guère de manière effective. Il serait plus juste de dire que le mouvement s’est imprimé dans la matière, selon un phénomène semblable à celui du fossile portant la trace physique d’une ancienne vie.

Le caractère mnémonique de la matière constitue un thème privilégié de l’artiste qui, passionné de géologie, a réalisé plusieurs sculptures construites par strates successives de manière à exhiber le volume dans sa profondeur, les différentes parties constitutives de l’ensemble. La patine et l’érosion fabriquées à plusieurs reprises de manière artificielle par l’artiste sur des sculptures réalisées avec des matériaux nouveaux procèdent également de cet attrait pour les matières que la marque du temps a rendues plus denses et plus vivantes.

Level Head évoque une stratification rocheuse superposant deux profils embryonnaires tournés dans des directions opposées. Mais ce qui les oppose réside également dans le traitement de chacun. Le profil placé en tête de la sculpture, modelé avec des formes arrondies, l’apparente à une roche tandis que l’autre qui le supporte se découpe de manière incisive dans l’espace, se distinguant du premier par son caractère aérodynamique. La préhistoire et les nouvelles technologies semblent coexister dans cette même pièce.

Les sculptures ont d’ailleurs pour point commun avec l’image de synthèse de faire varier un motif unique selon des perspectives, des échelles et des angles différents, rejoignant en cela leur complexité et leur possibilité. Cragg joue également avec la tridimensionnalité. La sculpture intitulée Discussion qui évoque frontalement un crâne de bison se démultipliant de manière croissance offre une toute autre figure lorsqu’on la regarde de côté. Ce volume de bois abrite aussi deux profils se faisant face, puis se rejoignant progressivement à mesure qu’ils se dilatent. Ceux-ci apparaissent déjà, microscopiques, dans les rainures du bois, offrant le spectacle vertigineux d’une figure dupliquée à l’infini.

Tony Cragg fait ici figure d’alchimiste, qui liquéfie le bronze et le marbre, bouleverse l’inertie de la sculpture et condense en celle-ci une pluralité de significations et de correspondances. Les catégories du naturel et de l’artificiel autrefois distinctes dans son travail se confondent ici, évoquant aussi les possibilités angoissantes de la manipulation génétique.

Tony Cragg
Galerie Thaddaeus Ropac, Paris


Pour paris-art.com, 2005